img

Le déréférencement de Wish, une première en France.

29/11/2021

par l'Équipe Rankwell

La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) vient d’ordonner aux moteurs de recherche de déréférencer Wish, annonce le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, ce mercredi, dans « Le Parisien ».

Concrètement, cela signifie que les internautes français qui chercheront un produit sur les moteurs de recherche de #Google ou Microsoft ne se verront plus proposer les offres présentes sur le site de Wish. Les adeptes de la plateforme pourront toujours y faire leurs emplettes, mais il leur faudra taper directement l’adresse du site.

Wish a immédiatement décidé de contre-attaquer.

L’entreprise, fondée en 2010 et basée à San Francisco, annonce ce mercredi sa volonté d’entamer un recours juridique pour contester ce qu’elle considère comme une action « illégale et disproportionnée » menée par la DGCCRF.

Plusieurs relances intimant au site d’agir contre ses pratiques en retirant ses produits définitivement de la vente sont restées sans réponse. Les produits étaient bien retirés mais finissaient par réapparaître, proposés parfois par le même vendeur. Des affirmations démenties par Wish. Le groupe assure qu’il « se conforme toujours aux demandes de retrait de la DGCCRF » et affirme avoir « essayé à plusieurs reprises d’engager le dialogue » avec les autorités françaises.

« Ils ne respectent pas les règles de protection des consommateurs. Je fais respecter la protection des consommateurs dans les boutiques physiques. Je le ferai avec la même rigueur sur les sites de vente en ligne », a expliqué Bruno Le Maire sur Franceinfo ce mercredi. 

La sanction devrait durer jusqu’à ce que Wish se remette en conformité avec la loi. « Soit Wish se conforme aux règles, soit nous allons plus loin et nous interdisons le site sur le territoire Français », a-t-il déclaré ce mercredi.

Selon « Le Parisien », une procédure judiciaire serait également en cours d’instruction depuis un an pour « pratiques commerciales trompeuses ». Le site américain, qui revendique 100 millions d’utilisateurs dans le monde, risque une amende pouvant aller jusqu’à 10 % du chiffre d’affaires.

Source : https://lnkd.in/d2GS99md

Autres articles

Contactez-nous pour un Pré-Audit

Je fais la demande